Les monnaies complémentaires/communautaires (MC) sont autant de monnaies n’ayant pas cours légal et qui circulent, à ce titre, en parallèle à la monnaie ordinaire. Les MC peuvent être valorisées et échangées par rapport à la monnaie ordinaire. Elles peuvent aussi former leur propre unité de compte et leur propre mécanisme de tarification. Elles sont utilisées partout sur la planète dans des réseaux limités par la géographie, le secteur ou des valeurs partagées et sont émises et gérées dans une optique non lucrative.

Sous l’appellation générique de MC, on dénombre un large éventail d’exemples dans le monde qui correspondent, à des degrés divers, aux qualifications suivantes :

En dépit des qualifications et types souvent utilisés pour caractériser des MC particulières, chaque système monétaire existant est unique dans la pratique.

Ce site web a pour ambition d’aider les acteurs du système à planifier et gérer des monnaies fructueuses.

Cette passerelle fournit des ressources en ligne, de la littérature et de la connaissance générale sur les MC. Ce site s’est inspiré du modèle Wiki et renferme une collection d’articles catégorisés sur les monnaies complémentaires, mis à jour par des contributions de pairs et avec le concours de nos partenaires internationaux qui participent au maintien de la lisibilité et de la fiabilité du matériel.

Vous pouvez explorer et découvrir des approches communes de concepts clés, de types de monnaies génériques et de systèmes spécifiques en cours aujourd’hui et hier.

Nous donnons un aperçu des personnes, des organisations et des projets dont vous aimeriez avoir connaissance pour vos recherches. Le site propose aussi un accès à une bibliothèque de documents issus de différentes disciplines ainsi qu’à une multitude d’images et de vidéos.

Au départ du matériel produit par le CCIA et des outils de banque du temps collectés et organisés par nos amis américains, le site propose l’accès à des outils pratiques et d’implémentation conçus pour les acteurs du système mettant en place de nouvelles initiatives monétaires et améliorant la pratique et la durabilité de leurs projets. Voir rubrique suivante pour les « starters ».

Véritable concentré de connaissances, le projet CCIA a publié un cadre d’implémentation pour les monnaies composé de 3 étapes et 7 phases.

CCIF

Les différentes phases de l’étape A valent la peine d’être étudiées par tout acteur en quête de limiter et de définir le type de monnaie à créer dans quel but :

  • phase 1 – exploration, étude des concepts et des éléments spécifiques de la monnaie ;
  • phase 2 – concept, formalisation du partenariat et compréhension des options de base ;
  • phase 3 – faisabilité, préparation au lancement ;
  • phase 4 – planification du projet.

Les acteurs du système traversent très souvent de nombreuses itérations des phases de l’étape A, chacune ajoutant du détail au concept monétaire et aboutissant à un plan de projet complet.

L’étape B confère des idées et une assistance à ceux qui possèdent déjà un plan de projet détaillé et souhaitent entamer la conversion de leur plan dans la pratique.

L’étape C pousse ensuite le lecteur à envisager d’élever le projet au-delà de la phase pilote, de le reproduire dans d’autres domaines ou d’y mettre un terme si le pilote s’avère être un échec.

Sur la base de ce cadre, le CCIA publiera un manuel à destination de l’implémentation des MC en 2014. Des guides existants rédigés dans une multitude de langues sont téléchargeables dans la rubrique documents.

Outre l’étude du matériel de publication existant, en ligne ou hors ligne, et de l’enseignement des acteurs du système et des chercheurs à l’occasion d’événements, il existe plusieurs formations et ressources participatives à destination des acteurs prospectifs désireux d’en savoir plus. À titre d’exemple, les partenaires CCIA organisent actuellement des ateliers dans le nord-ouest de l’Europe pour les groupes qui souhaitent lancer une nouvelle monnaie. Parmi d’autres institutions de renom qui organisent des formations sur ce sujet, citons l’IFLAS à l’université de Cumbria ou le Schumacher College, tous deux situés au Royaume-Uni. Inscrivez-vous à la newsletter du CCIA ou sur les médias sociaux pour connaître les nouvelles opportunités en primeur.

Bien que certaines MC connaissent un lancement fructueux grâce à l’utilisation effective de volontaires, la plupart des monnaies requièrent un financement pour survivre. Le financement assure, tout ou en partie, la rémunération des personnes dédiées au projet ainsi que les coûts requis liés au développement monétaire (p. ex. impression, logiciel de personnalisation, marketing et communication, etc.). Ce financement peut provenir des utilisateurs et des parties prenantes, ainsi que d’institutions, de fondations et de pouvoirs publics locaux.

Les MC ne diffèrent pas de la monnaie conventionnelle dans le sens où leur coût opérationnel requiert un financement durable. Les coûts opérationnels d’une monnaie traditionnelle sont presque imperceptiblement intégrés dans le système financier, avec des mécanismes comme les frais bancaires, les ouvertures de comptes et les frais de pénalité. Plus d’informations.

Les MC doivent, bien sûr, satisfaire à toutes les lois en vigueur du pays où elles sont utilisées. Certains de ces aspects méritent réflexion selon le concept de la monnaie et la manière dont elle est mise en œuvre. Épinglons notamment :

  • fiscalité : TVA, impôt des sociétés et des personnes ;
  • assurances : assurance des bénévoles, responsabilité limitée ;
  • droit social : impact sur la sécurité sociale, le chômage et les mesures d’aide à l’embauche (si une partie du salaire est payée en MC) ;
  • vie privée et sécurité : sécurité des utilisateurs de la MC (surtout les utilisateurs vulnérables), protection des informations ;
  • régulation des services financiers : émission de monnaie « physique », émission de monnaie électronique non convertible en monnaie nationale, émission de monnaie convertible, blanchiment ;
  • acceptation des MC par les organismes publics.

Le projet CCIA fournira aussi une assistance complète aux acteurs du système et aux régulateurs en ces matières. Inscrivez-vous à la newsletter CCIA pour rester informé. Plus d’informations.

La communication et le marketing constituent une partie essentielle du succès d’une MC. Il existe une foule d’outils (événements, campagnes de prospectus, e-mails), de plateformes (Facebook, Twitter, etc.) et de médias (radio, TV, journaux, blogs) pour diffuser le message. Débutant dans le domaine ? Jetez un coup d’œil sur le « Guide de communication » du CCIA qui se trouve dans la rubrique outils.

Toutes les MC ont pour but d’atteindre un objectif positif, significatif et durable, qu’il soit social, environnemental ou économique.

À ce jour, l’étude d’impact des projets-pilotes de MC s’est limitée à certaines monnaies significatives ou à certains types de monnaies en général. Pour étayer la base de connaissances et les meilleures pratiques en ce domaine, la New Economics Foundation développe, dans le contexte du projet CCIA, un cadre d’évaluation pour les MC, publié dans un rapport qui passe en revue les modes actuels d’évaluation des monnaies.

Les acteurs du système jouent un rôle clé en gardant cette question à l’esprit lors de la planification et de l’implémentation de leurs initiatives. Dans ce cadre, le CCIA a publié un guide accompagné d’une boîte à outils pour entamer un processus d’évaluation.

En qualité d’acteur du système de MC, votre travail s’intègre dans un plus vaste mouvement destiné à réformer la monnaie et les institutions qui la gèrent. Prenez le temps d’en savoir plus sur les différents mouvements en visitant les ressources d’institutions qui mènent des recherches à ce sujet :